Pourquoi se croire supérieure (ou inférieure) aux autres nuit à votre activité

Je vais essayer d’exprimer clairement mon idée. Pas simple. Si ce n’est pas claire, vous me le dites ?
Souvent dans la vie, on se sent supérieur ou inférieur aux autres. Ça arrive tout le temps et même à des gens bien qui ont tout pour être heureux (qu’importe l’endroit où se trouve la représentation du bonheur dans le spectre qui va de la sobriété à l’opulence en ce que l’on est et a)
.
Honnêtement, ça m’arrive tous les jours, dans un sens ou dans un autre.
C’est en grande partie à l’estime que l’on se porte. A l’amour de soi.
Des gros mots pour décrire pourtant un état naturel.
S’aimer. Aimer. Ce sont des applications intégrées à la naissance. Seulement, la vie, les autres, la société, les croyances, les trucs qui sont en dehors de nous ont caché cet état naturel. Ont mis un voile obscure sur notre rapport à nous et aux autres.
Et on passe une grande partie de sa vie à rechercher cette sensation. Auprès d’une partenaire, de ses parents, de ses enfants.
De ses clients…
Et voilà ce qui nuit… Ces clients… Après qui l’on courre. Qu’il faut chercher. A qui il faut plaire pour qu’ils achètent ce qu’on a à offrir.
C’est comme ça…
Jusqu’au jour où l’on comprend que c’est une croyance. Une vue de l’esprit. Une façon de voir le monde qui n’a aucune raison d’être.
Nous sommes là les uns pour les autres. Pour s’apporter mutuellement des choses (émotion, argent, temps, paroles, attention, une joyeuse indifférence aussi, ça peut être un apport.).
Du coup, puisque nous sommes là pour nous apporter mutuellement quelque chose, nous sommes sur un pied d’égalité. Nous n’avons plus besoin de courir.
Juste être et laisser être…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *